Fiche métier : Chaudronnier

Publié par | 18 décembre 2014 | Fiche métier


Koehler Bosshardt

Le chaudronnier travaille les métaux pour leur donner une forme avant de les assembler par pliage, soudage ou emboutissage. Il fabrique des tubes et des récipients ou des éléments de structures de taille modeste ou imposante. Les produits finaux sont des plus variés avec par exemple : des cuve d’une usine de chimie, des wagon, ou même une chaudière d’une centrale nucléaire…

Le chaudronnier peut travailler dans une entreprise industrielle, mais il existe aussi des entreprises artisanales de métallurgie.

Les activités du chaudronnier se déroulent uniquement en atelier quand il s’agit de petite et de moyenne chaudronnerie (électroménager, appareils de chauffage et de ventilation, carrosserie de véhicules sur mesure, etc.). La grosse chaudronnerie, comme les réservoirs de stockage utilisés en chimie, est montée sur chantier après fabrication des éléments en atelier. Cette activité nécessite des déplacements fréquents.

Actions principales

  • Établir le « développé »

Le chaudronnier va d’abord prendre connaissance des plans de l’ouvrage à exécuter. Une fois bien étudier vient le moment d’établir le « développé » du volume à obtenir, qui est la représentation plane de l’objet (un cube, par exemple). Ensuite, il doit prévoir également la quantité de matière à utiliser et choisir ses outillages.

  • Façonner le métal

Une fois fait, la conception peut commencer, le chaudronnier trace alors sur une feuille de métal les divers éléments à fabriquer, à partir du « développé » obtenu précédemment. Enfin il va procéder au découpage de chaque élément et donner la forme souhaitée par pliage, martelage, emboutissage etc. afin d’obtenir les formes souhaitées (des formes cylindriques, comme celles des tuyaux par exemple).

  • Régler les machines

Les outils qu’il utilise sont de plus en plus sophistiqués, même s’il effectue encore manuellement certaines de ces opérations, le chaudronnier utilise le plus souvent des machines automatisées à commandes numériques qu’il doit d’abord régler, puis surveiller.

  • Contrôler la qualité

Une fois toutes les pièces fabriquées et leur assemblage réalisé. Il va corriger les défauts constatés. Il procède alors à l’assemblage définitif des éléments puis participe aux opérations de contrôle qualité. Comme pour le soudeur il doit être très consciencieux la moindre erreur pouvant couter très cher.

Compétences requises

  • Une bonne condition physique

Ce métier exige une bonne condition physique, car la plupart des tâches s’effectuent debout, souvent dans le bruit et peut être amené à déplacer des charges importantes, avec ou sans appareils de manutention.. Certaines entreprises organisent le travail des équipes par roulement, à raison de deux fois ou trois fois 8 heures, pour assurer une présence sur le site 24 heures sur 24. Autant être costaud (physiquement et mentalement) car il ne faut jamais flancher !

  • Connaissance de métaux

Le chaudronnier va travailler aussi bien les métaux ferreux, de cuivre, de laiton ou des alliages légers comme l’aluminium. Il doit connaître les propriétés de ces matériaux pour savoir quels outils il va utiliser.

  • Habile et précis

L’habileté manuelle et une bonne perception des formes et des volumes sont deux qualités indispensables pour exercer ce métier. Mieux vaut aimer la géométrie et savoir travailler avec précision. Son travail est précis au 10e de millimètre près, car toutes les pièces d’un wagon ou d’une cuve, par exemple, doivent pouvoir s’emboîter parfaitement.

  • Voir en 3D

Il est indispensable d’avoir une très bonne aptitude à la lecture des plans et à la représentation des volumes afin de créer le « développé »

  • Une bonne connaissance de l’informatique

Une connaissance de l’informatique appliquée à la commande numérique est nécessaire, en effet l’informatique est désormais présente dans la profession avec les logiciels de calcul ou de traçage, tandis que les machines automatisées occupent les ateliers.

  • Goût du travail en équipe

Enfin, le goût du travail en équipe et l’aptitude à communiquer avec d’autres professionnels sont en général très appréciés.

Etudes

Le niveau d’études est variable selon les postes occupés :

Niveau CAP :

  • CAP réalisation en chaudronnerie industrielle.

Niveau bac : 

  • Bacs pro technicien en chaudronnerie industrielle ;
  • technicien outilleur ;
  • Bac techno STI2D (développement durable) ;
  • MC soudage.

Niveau bac + 2 : 

  • BTS conception et réalisation en chaudronnerie industrielle

Évolution

Le chaudronnier qualifié peut devenir chef d’équipe ou contremaître. Avec une formation il peut évoluer vers un emploi de traceur ou entrer dans un bureau d’études comme dessinateur ou agent des méthodes.

1643 vues, 1 aujourd'hui

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


        

Copyright © 2017 | Indusio, un site édité par Exapro

Rejoignez nous sur Facebook et restez informés de l'actualité de la métallurgie !Notre page Facebook